Pourquoi sant"e"scalade ? Imprimer E-mail

L’humain a une histoire longue de plusieurs millions d’années. Pendant quasiment toute cette période, il était physiquement actif, tous les jours. L’humain moderne bouge beaucoup moins que ses ancêtres et mange plus. Résultat ? Il prend du poids et court un risque accru de développer des maladies comme le diabète, l’hypertension, la dépression et certains cancers. La progression de l’épidémie de la sédentarité et du surpoids, deux phénomènes liés, est clairement visible dans les statistiques.

Quelques chiffres :

En Suisse, plus qu’un tiers de la population est en surpoids, un excédent pondéral qui va jusqu’à l’obésité pour 10% des adultes et la tendance est à la hausse. Chez les enfants, la situation est très inquiétante : on est passé de 3% d’enfants obèses en 1965 à 10% actuellement.

Deux tiers de la population ne bougent pas assez, c’est-à-dire n’intègrent pas un minimum de 30 à 45 minutes d’activité physique d’intensité moyenne, comme la marche rapide ou le déplacement à vélo, par jour.

La prise en charge des problèmes de santé causés par la sédentarité et le surpoids est très coûteuse. Une analyse récente a chiffré le coût de la prise en charge des problèmes de santé liés à l’obésité entre 2 et 3 milliards de francs par année. Le coût associé au manque de mouvement est estimé, par année, à 3300 morts précoces, à 2.3 millions de cas de maladie et à 2.7 milliards de francs de traitements médicaux directs.

Qu’est-ce la sédentarité ?

Les recommandations minimales du corps médical sont de pratiquer une activité physique d’au moins 30 minutes par jour. Il n’est toutefois pas indispensable de faire du sport, mais en tout cas il faut bouger : marcher à une bonne allure, faire du vélo, travailler dans son jardin ou prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur ou des escaliers roulants.

Sachant que plus de 60% de la population genevoise n’arrive pas à remplir ces conditions minimales, et que l’on constate chez les garçons comme chez les filles une diminution considérable de l’activité physique dès l’âge de 13 ans, il est indispensable d’encourager l’activité physique, l’exercice et/ou une pratique sportive chez les enfants et les adolescents.